Aussi originale à l'extérieur qu'à l'intérieur

Aussi originale à l’extérieur qu’à l’intérieur

Quand on dit que BMW a conçu une gamme très originale, c’est aussi vrai à l’intérieur. J’avoue avoir été très surpris de l’accueil visuel que réserve cette i3.

C’est spacieux, accueillant et franchement bien conçu. Cette note de matériaux constitués de fibres naturelles (Kénaf issu de l’hibiscus) est très originale et plutôt réussie. Qu’un constructeur premium s’aventure dans un chemin auquel on ne s’attendait pas est assez surprenant. La note de bleu se retrouve sur les contours de sièges, le bas des seuils de portières et avec un fin cerclage aluminium au milieu du volant.

Il y aussi cette tablette de 8,8″ au format « skate-board » qui semble suspendue sur la planche de bord. « Tablette » ne sera définitivement pas le bon terme, tant mes doigts ne trouveront pas de retour sur cet écran. Et comment dire … les premières secondes m’ont paru anormalement longues entre lui et moi ! Il faudra donc user d’un autre accessoire, plus conventionnel, pour voir l’écran réagir à la demande du conducteur.

Avant de fermer la porte, je remarque que la fibre de carbone (Plastique Renforcé à la Fibre de Carbone PRFC) qui constitue la coque est visible et à raison : cette prouesse technologique a permis de contenir le poids de l’auto à 1390 kg, moteur thermique et batterie compris. Ce n’est guère plus qu’une Prius 4 et probablement moins que la Prius Prime rechargeable, elle aussi 4 places. Le PRFC permet aussi une rigidité très élevée au profit de la tenue de route et de l’efficience du système électrique tout en étant 30% plus léger que l’aluminium. Cette première mondiale pour un véhicule de série a été rendue possible par un travail en commun de BMW Group et SGL Automotive Carbon Fibers (USA) et c’est toujours sur les chaînes de BMW qu’est assemblé ce bijou de structure. BMW a visiblement de l’avance sur le reste de l’industrie automobile.

Toujours originale, cette BMW i3 incorpore les ceintures de sécurité du conducteur et du passager avant dans les montants des portes arrières. Cela explique aussi l’épais montant des portes antagonistes (pour des raisons de sécurité passive aussi) et les vitres arrières désespérément fixes. L’option toit ouvrant du modèle testé apporte un gain de luminosité et permettra aux passagers de profiter d’un peu d’air malgré tout.

Je n’ai pas trouvé les sièges spécialement agréables au premier contact dans cette version (qui n’avait pas d’option cuir). Néanmoins à l’usage et malgré le peu de réglages disponibles, ils s’avèrent corrects mais je m’attendais à mieux d’une BMW. Les enfants n’ont pas apprécié non plus la fermeté des sièges à l’arrière, même si ils ont indiqué qu’il y avait de l’espace autour d’eux ainsi qu’aux jambes.

Au volant, la sensation d’espace est toujours aussi importante et tout semble accessible directement. Bon point pour l’ergonomie.

Malgré une unique et petite boîte à gants disponible et un peu d’espace sous l’écran principal, j’ai trouvé que l’on manquait de rangements dans cette voiture. Ce n’est pas le petit accoudoir qui aurait pu rattraper cet écueil mais on se contentera de portières capables d’accepter au moins une bouteille d’eau.

La console centrale concentre la molette iDrive (je l’appelle molette-bouton) entourée de boutons de commandes (Menu, Media, Tel, Nav, Options …), le sélecteur de mode de conduite (Comfort, Eco Pro) et l’assistance de parking. Le bouton de frein de parking est positionné un peu plus en recul.

Le plus surprenant est le sélecteur de vitesses : un gros commodo situé en haut à droite, derrière le volant. Il comprend aussi le bouton démarrage/arrêt (start/stop) et le bouton de position Parking P. C’est une position étrange mais encore une fois, qui s’avèrera pratique à l’usage et en manœuvre. Je me dis que sur une voiture à instrumentation classique, il aurait masqué la moitié droite de l’affichage. Ici ce n’est pas le cas.

Pour finir sur l’intérieur, il faut évoquer le coffre qui est assez rectangulaire dans la conception mais pèche par une hauteur de chargement élevée. Et oui, il faut compter avec le bloc électrique et le moteur thermique sous le coffre.

Il existe sous le capot un tout petit espace bien pratique pour stocker les câbles et le chargeur. On lui trouvera bien d’autres utilités à l’usage. Dommage qu’il s’ouvre réellement comme un capot malgré la télécommande, il faut passer la main sous celui-ci pour trouver le déblocage. Quand on a des câbles et le chargeur dans les mains, c’est pas du tout pratique. A l’heure des ouvertures motorisées des coffres en passant le pied sous le pare-choc, les ingénieurs BMW auraient pu faire un peu mieux que cela me semble-t-il.

Galerie photos intérieur :