Une route lisse sinon rien !

Une route lisse sinon rien !

La centaine de kilomètres qui me sépare de BMW France (Montigny-les-Bretonneux) de mon domicile (proche de la Ferté-Gaucher) m’a permis de découvrir une voiture très agréable à conduire et même très plaisante avec une direction légère, précise et un très bon ressenti de la route. C’est une BMW, je n’en attendais pas moins pour être honnête. L’excellente rigidité de la BMW i3 et le savoir-faire du constructeur bavarois expliquent ce caractère assez sportif. Elle prend peu de roulis, malgré la hauteur de caisse. Cela est dû aux 230 kg du pack de batteries positionné sous la coque de la voiture qui permettent d’abaisser le centre de gravité.

Malheureusement, la très bonne tenue de route s’est avérée inconfortable sur la dizaine de kilomètres de route de campagne qui me sépare de la nationale 4. Les roues de 20″, une option de la version essayée, expliquent probablement cette tendance à chahuter le conducteur et ses passagers surtout si l’on cherche à conserver le rythme permis par l’excellente motricité. Rivée au bitume, je vous dis !

Sur les routes de grande couronne ou en traversant Paris, elle s’est avérée une excellente compagne au quotidien. Silencieuse et vive, elle braque aussi très court avec un réjouissant diamètre de braquage de 9,8m. Les assistances au stationnement comme la caméra, les radars avants/arrières facilitent la vie. De même, l’assistant de parking m’a aidé à trouver une place plutôt réduite et après quelques manipulations et instructions, j’étais garé en créneau dans un mouchoir de poche. Impressionnant mais un peu long quand même (comme me l’ont rappelé les mordus du klaxon) !

Sur l’autoroute, j’émettrai une légère critique concernant la vivacité de la direction qui est maintenue à 130 km/h. Cela impose quelques corrections mais rien de pénible. De toute façon, comme toute électrique à mono-rapport de vitesse, l’autoroute fait fondre l’autonomie et ne constituera pas la majorité du trajet des acheteur potentiels de BMW i3.

Multimédia à l’allemande !

Je voulais revenir sur le multimédia (ou « infotainment ») que j’ai trouvé finalement très complet après une phase d’apprentissage un peu laborieuse tellement ce système est dense. Je reviens sur quelques fonctions dans la vidéo de l’essai (voir lien en fin d’article). Le système livré est la Navigation multimédia Professional, une option du modèle essayé avec l’écran de 8,8″.

Les plus :

  • trafic en temps réel ou RTTI (c’est une option) qui est assez précis (du niveau de Waze ou Google Maps),
  • autonomie dynamique matérialisé sur la carte GPS en fonction du mode choisi,
  • service connectés BMW (conciergerie et SAV connecté avec le BMW TeleServices),
  • BMW ConnectedDrive : pour connecter sa BMW depuis son smartphone avec l’application « My BMW Remote »,
  • portail, store et connexion à internet mais surtout BMW Apps (en passant sur le mobile avec l’application BMW Connected), si vous êtes accro de Facebook et Twitter, c’est un MUST.

Bref, c’est très riche mais il faudra débourser 680€ pour ajouter cette option à la BMW i3, en plus de la Navigation Professional !

La charge au quotidien et bilan consommation

Cette BMW i3 accepte plusieurs types de charges : domestique et courant continu. En domestique, si vous ne possédez pas de Wallbox pure ou motion (de 890 à plus de 1000 €), vous ne dépasserez pas les 16A soit une charge complète en moins de 7h. Il y a d’ailleurs un paramètre dans la configuration de la charge prévu dans les nombreux menus de configuration (lecture du manuel obligatoire) pour fixer le niveau de charge domestique.

Avec une Wallbox Motion, la charge s’effectuera en 32A et 3h environ. La i3 accepte aussi la charge rapide sur des bornes publiques (recharge en 30 min sur une borne 50 kWh à 125A). Je n’ai pas pu tester ces deux solutions lors de l’essai.

Ma moyenne lors de cet essai plutôt dynamique était de 14,8 kWh/100 km et 0,9 L/100km sur 658 km. Je trouve ces valeurs plutôt flatteuses alors que je n’ai pas cherché à faire des scores d’éco-conduite.

Cela est du aussi à l’excellente récupération d’énergie, surtout lorsque l’on est habitué à cette conduite mono-pédale. En effet, il n’était pas rare de récupérer quelques kilomètres sur des pentes ou lors d’un freinage appuyé de sortie d’autoroute. Mon essai aurait mérité une semaine de plus pour affiner tous les détails de la partie électrique.