Ce que vous devez savoir sur le camion électrique Tesla Semi

Elon Musk a dévoilé plus de détails de son dernier projet de camion électrique lors d’un point médiatique comme il sait si bien les faire. Ce camion, appelé Tesla Semi, est la vision d’un véhicule propre dans un domaine où le diesel règne en maître absolu. Voici quelques extraits des informations intéressantes.

Tesla Semi

Tesla Semi

Quoi de neuf dans le projet du Tesla Semi ?

Premier point majeur, la motorisation est 100% électrique … adieu donc diesel ! Il n’y a plus de boîte de vitesses ou transmission semi-automatique et par là-même, plus d’arbre de transmission, ce qui épargnera des entretiens fort coûteux aux flottes de camions comparées à des flottes classiques à base de camions diesel. Elon Musk affirme d’ailleurs :

« Je peux conduire cette chose sans même me rendre compte que c’est un camion. »

Deuxième point majeur, il ajoute que le design est proche d’une balle de fusil ce qui est assez atypique par rapport à ce qui se fait aujourd’hui. Sur Twitter, la comparaison vire à l’audace avec le titre provocateur : « Plus aérodynamique qu’une Bugatti Chiron » !

Cet aérodynamisme exceptionnel est dû au fait que les moteurs intègrent les axes des roues et que le pack de batteries loge sous la cabine. Cela a permis de repenser l’ensemble du véhicule à commencer par la place du conducteur. Les moteurs qui sont issus de la Tesla Model 3 sont au nombre de 2 par axes.

En terme de performance, le 0 à 100 est abattu en 5 secondes à vide et 20 secondes avec une charge de 40 tonnes (le Tesla Semi est un classe 8 soit la plus grande classe aux Etats-Unis). Ce qui est aussi impressionnant que son autonomie proche des 500 miles soit 805 km dans notre système métrique. Avec les vitesses moyennes de nos contrées, c’est globalement une journée de travail.

Comme à son habitude, Tesla prévoit une livraison pour 2019 si l’on commande un exemplaire à partir de maintenant (moyennant une précommande de 5000$), ce qui ne fait que rien de moins que 2 ans d’attente. Le modèle marketing de Tesla est sans doute l’un des plus réussis de l’industrie avec celui d’Apple.

Design intérieur

Tesla Semi Intérieur

Tesla Semi Intérieur

Fidèle à l’image de design intérieur innovant et disruptif, Tesla a simplifié à un niveau jamais vu le tableau de bord du Semi avec deux écrans tactiles (issus de Model 3) regroupant toutes les fonctionnalités attendues. C’est quasiment un cockpit d’avion. La beauté et pureté des lignes impressionnent et comme l’a dit lui-même Elon Musk, il est probable que l’on ne l’achète pas sur cet unique critère.

En fait le design n’a pas eu pour but que le confort du conducteur, il a été aussi pensé pour les flottes dont la gestion des courses est fondamentale notamment au niveau des plannings, des rapports de courses et du suivi en temps réel. L’interaction avec le conducteur et les gestionnaires ou les clients deviendra centrale. Compte tenu du fort contenu informatique dans ce choix, il est même probable que les systèmes embarqués s’interfacent de A à Z avec les écosystèmes du commerce en ligne type Amazon.

Je remarque néanmoins le choix de n’avoir qu’un siège et donc un conducteur unique sans passagers, cela pourrait limiter les courses à deux conducteurs et cassera le cliché de cinéma d’être pris en stop par un chauffeur de camion à la moustache de biker et au marcel heavy metal !

Technologies embarquées

Si ce véhicule n’est pas autonome, il embarquera néanmoins les dernières innovations de Tesla dans le domaine de la conduite semi-assistée vues sur Model S, X ou 3. Il y a donc bien entendu le régulateur adaptatif, l’assistance au maintien de ligne, la prévention des collisions et le freinage d’urgence associé.

Tesla a ajouté des fonctionnalités que l’on ne voit pas encore dans tous les modèles de tracteurs actuels comme la détection d’angle mort en manœuvre et détections d’objets. De plus, un système préventif a été ajouté pour éviter l’effet « remorque en portefeuille » (en anglais « jackknifing ») quand la remorque passe le tracteur et que la cabine se retrouve dans l’autre sens. Pour cela, des détecteurs vérifient la stabilité et commandent l’ajustement de chaque train de roues. Cela est rendu possible par la présence de moteurs électriques dans le train arrière et de la précision du couple qui peut y être associée pour compenser les dévers de trajectoire. Cette technologie pourrait épargner de nombreux accidents souvent mortels et quand je réalise ce point, je m’étonne que rien n’ait été vraiment proposé par la concurrence.

Une autre innovation s’ajoute à cette longue liste technique, c’est le vitrage ultra-résistant (on croirait lire les caractéristiques du dernier Samsung ou de l’iPhone X).

Au lieu de « Gorilla glass », Tesla l’a nommé modestement « Tesla armor glass » et le garantit pour un million de miles. Tesla fait passer le message que la fiabilité et la durabilité du camion ont été un critère fondamental dans sa conception et que même la maintenance prédictive a été mise en oeuvre pour ne pas prendre au dépourvu les flottes ou le chauffeur.

Quel système de recharge ?

L’infrastructure de recharge est fondamentale pour la voiture électrique mais encore plus dans l’industrie et la logistique quand il s’agit de transport. Tesla a déjà déployé plus de 2000 super chargeurs aux Etats-Unis et il est très probable que les compagnies qui s’équiperont de ce type de camions fassent le choix de les charger sur site. Ce qui devrait accroître l’attractivité de la solution, car en réalité sans écosystème, ce camion serait voué à l’échec. D’autant que les camions pourraient être en concurrence avec les Model S,X et 3. Encore plus si les sites se prêtent au passage d’un camion. Bref, il y a encore du travail côté infrastructure d’ici les premiers modèles livrés.

Néanmoins, ce que l’on sait est qu’une charge de 30 min permettrait 400 miles ou 645 km, ce qui reste une performance unique actuellement. Bien-sûr comme tout véhicule électrique, le Tesla Semi gère le freinage régénératif et pourrait donc voir son autonomie réelle augmentée surtout si cela s’ajoute à une stratégie d’éco-conduite.

Pour quel prix ?

Nous n’avons pas lu d’informations sur le prix si ce n’est que son coût d’usage sera diminué de 20% par rapport au diesel. Quand on connaît les marges de ce secteur ultra concurrentiel, ce chiffre doit laisser rêveurs ou les propriétaires ou les grands groupes de logistiques ou les PME du secteur.

Vidéo de présentation

Précédent article sur le sujet

Tesla dévoile ses projets de camions et pick-ups électriques

 

[Total: 4 Moyenne: 5]

 

Author: Malek

Passionné d'arts martiaux, de photographie, de technologie, de design web et de bricolage ... et de voitures et ... de nature ! Pfiou ...

Share This Post On

0 Comments

  1. Le Tesla-Semi apporte des innovations intéressantes (moteur-roue, aérodynamisme, traction électrique à freinage régénératif), mais se prive cruellement d’un allié : un groupe électrogène d’à peu près 100-200 Ch.

    Cette idéologie du tout électrique, déjà présente sur toute la gamme Tesla, va en faire un camion insécurisant sur la route, et nécessitant des infrastructures de recharges rares et surchargeant le réseau électrique quand elles existeront… D’autant plus que les mix électriques mondiaux sont pour l’essentiel gazocharbonneux… sous cette hypothèse, brûler directement du Diesel ne serait pas plus polluant en CO2 et nettement plus simple.

    Pour nous résumer
    1) Ce camion a besoin d’un appoint électrogène à biocarburant
    2) Les infrastructures de MEGA-charges sont pour l’instant inexistantes.

  2. T’as un pied dans le passé, un pied dans l’avenir. Le PHEV est une solution transitoire et ça Tesla l’a bien compris.

    Pour nous résumer,
    1) Ce camion n’a besoin QUE
    2) De Méga-chargers, qui comme les superchargers, seront bientôt une réalité.

    Il vous en prie.

Trackbacks/Pingbacks

  1. L'économie hydrogène : notre futur modèle de société durable ? - […] l’image de Tesla qui a récemment dévoilé son camion électrique Tesla Semi, Toyota a aussi lancé une première expérimentation…

Submit a Comment

This site uses XenWord.
Souscrivez à la Lettre Hybrid Life

Souscrivez à la Lettre Hybrid Life

Abonnez-vous à notre lettre hebdo et tentez de gagner un sticker réfléchissant Hybrid Life d'une valeur de 10€ !

Remise en jeu du dernier tirage.

Prochain tirage en mars 2018.

Merci de votre inscription.

Share This