Essai du Mitsubishi Outlander PHEV 2019 : (R)évolution silencieuse

L'Outlander PHEV passe son bac !


L’Outlander PHEV passe son bac !

Pour être plus précis, c’est par le bac qu’il passe le Rhin… mais n’anticipons pas !

Si on fait abstraction des évolutions techniques que nous venons d’évoquer, qu’est-ce qui a changé dans cette nouvelle version ? A l’extérieur pas grand-chose. La photo ci-dessus le montre, il faudra un œil un peu exercé pour déceler que la calandre a été modifiée, ainsi que le bas du bouclier. Le signe le plus reconnaissable pour moi réside dans l’entourage des antibrouillards, passé de circulaire à rectangulaire. Et bien sûr, les nouveaux projecteurs à LED, dont l’apport n’est pas qu’esthétique. Le tout est, à mon goût, un peu plus élégant. 

A l’arrière, le becquet et le bouclier sont modifiés, sans que cela saute aux yeux. On remarquera plus facilement les nouvelles jantes, et on notera au passage que des pneus Yokohama (225/55 sur 18″) remplacent avec bonheur les anciens Toyo.

Les plus importants changements visuels sont à l’intérieur. On remarque immédiatement le cuir des nouveaux sièges, avec son rappel sur les portières.

On aimera ou non le motif en losanges de ce cuir, mais sa qualité perçue, visuellement comme au toucher, est indéniable. Le confort est au rendez-vous, ni trop ferme ni trop mou, et on pointera également que les maintiens latéraux ont été fortement améliorés, ce qui s’apprécie effectivement en virage.

Le ciel de toit passe au noir : bonne idée selon moi. Des aérateurs apparaissent à l’arrière ce qui est une très bonne chose pour cette voiture familiale. Au passage, on se souvient que l’habitabilité à l’arrière est un point fort de la voiture.

On découvre également la fameuse prise 240 V – 1500 watts, puissance appréciable qui permet de brancher à peu près n’importe quoi, de la cafetière à l’aspirateur du foyer. La même prise se retrouve dans le coffre. Mitsubishi n’a pas lésiné pour mettre en valeur ce nouvel équipement distinctif ! Gageons que la concurrence suivra.

Le toit ouvrant électrique est loin d’être panoramique et ne profitera qu’aux passagers avant, comme souvent.

Ces quelques changements ne sont pas de nature à remettre au goût du jour l’intérieur tristounet et un peu daté du SUV, cependant bien assemblé. Les possesseurs des versions précédentes en témoignent : aucun rossignol n’apparait après plusieurs années.

Mais à notre avis, la grande erreur de Mitsubishi pour ce millésime, c’est l’absence de GPS embarqué, même en option. Vous avez bien lu ! Même sur l’Instyle, il vous faudra brancher votre smartphone pour bénéficier de cet équipement, via Android Auto ou Apple Carplay.

J’ai tout d’abord pensé : « Ok c’est une vraie erreur stratégique qui peut faire perdre des ventes, mais cette régression ne me concerne pas puisque je préfère utiliser Waze pour gagner du temps en bénéficiant de ses fonctions temps réel, plutôt qu’une cartographie embarquée qui date de plusieurs années ». Bien sûr, un GPS intégré plus Android Auto / Carplay (comme chez tout le monde à ce prix !) eût été encore mieux, même pour moi. Selon le vieil adage « qui peut le plus … ».

Et puis j’en ai parlé autour de moi :

  • Et si ton smartphone est déchargé ? – Impossible puisqu’il faut le brancher, donc il se recharge sur l’USB 
  • OK, et si tu l’as oublié, ou perdu, ou qu’on te l’a volé ? – Heu … ça arrive rarement quand-même ! 
  • Oui mais ça peut arriver… Et si tu n’as plus de réseau? – Je crois qu’on peut utiliser Google Maps en mode non connecté… 
  • Tu crois ou tu es sûr ? – Je suis sûr, mais il faut avoir chargé sur le téléphone la carte de la région auparavant. 
  • Super. Donc il faut penser à charger les régions traversées avant de perdre la connexion. Et abandonner Waze au profit de Maps !. – Exact, et c’est vrai que ce n’est pas génial. 
  • Et quand tu seras pressé et devras brancher ton téléphone pour un court trajet en ville ? – Oui, j’avoue que mon bon vieux GPS de bord avec sa carte de 2012 me manquerait aussi dans ce cas-là.

Bref, j’ai beau chercher des arguments pour atténuer l’absence de GPS autonome, j’ai du mal à y parvenir. Pourtant je suis plutôt du genre branché sur les nouvelles technos.

Faits aggravants : après un essai de connexion infructueux de mon smartphone Android, l’i-Phone d’Yves, mon co-essayeur, se connecta sans encombre (avec sarcasmes d’Yves à l’appui envers Android, comme il se doit). Puis il subit très vite des déconnexions aussi intempestives qu’aléatoires pendant tout le trajet, avec obligation de reconnexion manuelle à chaque fois… La navigation a très vite fini par se poursuivre en regardant l’écran de l’i-Phone (vivent les copilotes !).

Lors d’un arrêt, j’eus l’idée lumineuse d’utiliser mon propre câble USB sur mon smartphone à la place de celui fourni par Mitsubishi France : la connexion fut cette fois immédiate et tout fonctionna bien jusqu’au lieu d’arrivée. Avec sarcasmes à l’appui envers Apple, bien entendu !

Je souhaite donc bon courage à tous les commerciaux et techniciens des concessions, en après-vente.

Autre fait aggravant : il faut brancher le smartphone pour bénéficier d’Android Auto ou Carplay (le bluetooth ne suffit pas). Soit, c’est la norme qui l’impose, du moins jusqu’à récemment. Mais où le pose-t-on ? Sachant que la prise USB se trouve en façade, devant le couvercle qui cache les porte-gobelets ? Pas sur le couvercle bien sûr, son galbe n’est pas du tout fait pour cela. La solution la moins mauvaise est d’ouvrir ce couvercle et de poser le téléphone à la verticale, dans un des deux porte-gobelets. Très moyen …

Ce « détail » est typique d’un design qui date du début des années 2010, et qui n’a pas réellement évolué. Quoique les smartphones existaient déjà à la fin de la décennie 2000 …

Bon, on le passe quand ce bac ?

 

Author: Alain R.

Share This Post On

4 Comments

  1. Une petite précision, j’utilise base depuis la mise a jour de l’iphone en iOS 12 il est accessible sur l’écran du PHEV .. j’utilise un cable de bonne qualité et je le branche sur une des prises squi sont situés dans le vide poche entre les deux sieges avant , de ce fait on peut poser le telephone sur la petite tablette fournie a cette effet. Donc pas besoin de le connecter sur la prise USB de la face avant

    Wase marche très bien sans interruptions ni coupures

  2. Bonjour, je suppose que vous voulez parler de Waze en écrivant « base » au début de votre message. N’hésitez pas à vous relire avant de poster pour un meilleur confort de lecture 😉

    Sur le millésime 2019 il n’y a plus de prise USB dans le vide-poches central. A la place il y a celle du tableau de bord dont je parle, et l’autre est derrière le vide-poches central, destinée aux passagers arrière.
    Merci pour l’info, qui confirme que pour Android comme pour IOS, un bon câble devrait résoudre ce genre de problèmes.

  3. effectivement , le correcteur d’orthographe avait encore frappé 😉 c’est bien Wase
    triste que les prises USB centrales aient disparue; elles sont bien pratiques

  4. d’ autres points permettant d’augmenter l’autonomie.

    Mettre le mode éco chaque fois que possible,

    Utiliser le mode roue libre au maximum, l’inertie de la voiture est une énergie quasi sans perte ( sauf la résistance au roulement) alors que la regeneration présent un taux de pertes élevé, c’est d’autant plus vrai que la pédale de frein lance aussi la régénération si on n’est pas trop brutal sur cette dernière.

Submit a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This