Intro

En octobre 2017, Kia nous dévoilait les tarifs du Kia Niro Hybride Rechargeable. Il nous titillait de le comparer aux vedettes de la catégorie que sont les Prius Rechargeable et Ioniq Rechargeable. Après un test centré sur la région parisienne, je vous livre mon avis. Va-t-il bousculer les prétendantes aux titres ?

Kia Niro Hybride Rechargeable : sobre design

Aux abords de la Tour Eiffel par une journée grise, au premier contact visuel avec le Niro, Kia me semble avoir hésité entre un break et un monospace en le dessinant. Est-ce cela qu’on appelle un crossover ? Probablement. Il est sage voire sobre mais le format plait bien car il a le mérite d’avoir une taille raisonnable. En effet, ses dimensions sont de 4,355m de longueur et 1,805m de large pour 1,545m de hauteur. Des valeurs assez proches d’un Nissan Qashqai voire d’un Peugeot 3008 et qui permettent dans tous les cas, des stationnements pas trop compliqués. D’un point de vue esthétique, il a une face avant franchement classique avec des optiques qui remontent haut sur les ailes et qui sont soulignés par des feux de jour en boomerang. Ce qui est le plus agréable est la calandre avec ce contour chrome satiné qui entoure l’entrée d’air. Il est rétréci au centre pour donner du volume à l’ensemble. C’est l’identité visuelle des dernières Kia.

 

« 1 de 7 »

 

Le motif de la grille est composé de carrés évidés aux bords ronds en relief. Un motif qui diffère du nid d’abeille et qui a un certain style quand la lumière du jour est favorable. Le bas du bouclier est ultra classique, tout juste peut-on noter un liseré bleu anodisé du chrome qui rappellera la vocation électrique de l’engin. Pour parachever le look crossover, Kia a disposé des baguettes en aluminium sur le toit. Un gros plus pour un usage familial. L’arrière est tout aussi consensuel et il y a tout de même une touche d’originalité dans les feux horizontaux avec un relief souligné par un diffuseur lumineux. Le becquet arrière et le diffuseur de pare-choc ajoutent une petite note sport. Il offre tout de même un bon coefficient de pénétration dans l’air (Cx) de 0,29 soit mieux que le Toyota C-HR à 0,32. Comme je le disais l’ensemble est sage et plaisant à défaut d’être excitant ! Je note en passant la monte pneumatique de 16″ que je salue et qui évite la surenchère des tailles basses inconfortables.

 

 

A l’intérieur

Là encore la sobriété est de mise mais il faut noter que la qualité de fabrication est réelle et le soin apporté à l’ensemble fait plaisir à voir. J’aurai aimé des teintes beaucoup moins ternes et mais surtout moins de laquage noir par ci, par là. Cela reste propre et l’ergonomie ne présente pas de fausses notes. Tout juste l’ébavurage du plastique dur sous la console aurait mérité un meilleur traitement. Il faut quand même avoir l’œil pour le voir mais voilà quand on est fait régulièrement des photos de voitures, on finit par remarquer rapidement ces détails. Ce qui s’apprécie rapidement, c’est aussi ce bel espace intérieur même au niveau du toit. Le modèle d’essai possède un toit ouvrant ce qui apporte un gain de luminosité qui compense l’ambiance sombre.

 

 

La banquette arrière laisse beaucoup de place aux jambes malgré la présence de batterie sous la banquette et sous le coffre. Celui-ci perd quasiment 100L pour finir à 324 litres (VDA). C’est un peu rude mais pour le quotidien, cela peut suffire et pour les départs en vacances, personnellement, je prendrai un coffre de toit (100 kg max). Pour finir sur l’arrière de l’habitacle, même si la console aux pieds des passagers ne propose pas de connectique USB, elle met à disposition une prise standard sécurisée de 200W. En plus, une ventilation est présente à ce niveau. Compte tenu du volume habitable, c’est tout à fait bienvenu. Les enfants et les adultes ont trouvé l’arrière très confortable même si le plancher n’est pas totalement plat. Je trouve très agréable l’idée d’un vide poche sur le dossier du conducteur et passager et que les dossiers soient protégés par un revêtement plastique. Surtout quand on sait comment sont traitées ces parties de la voiture sur la durée de vie de celle-ci !

 

 

Retour à l’avant de l’habitacle. Sur cette version Premium, les sièges avant ventilés et chauffants sont très agréables. Trouver sa position ne prend que peu de temps. En effet, les réglages sont électriques pour le conducteur mais à la différence de la Hyundai Ioniq, il n’y a pas de mémorisation des réglages et quand on s’échange régulièrement la voiture, c’est toujours un peu rageant de tout recommencer. Autour du levier de vitesse, on retrouve quelques boutons comme les sièges chauffants ou ventilés, le volant chauffant, EV/HEV et assistance de parking. Cette console comprend aussi des portes gobelets ainsi qu’un chargeur à induction pour téléphone ou un classique allume-cigare, une prise USB et pour finir une entrée « AUX ». Les commandes de la climatisation sont simples et fonctionnelles avec un bouton pratique comme « Driver Only » qui permet de ne climatiser que la place du conducteur. Il manque cependant un bouton « HEAT » comme sur la Ioniq électrique. Mais nous y reviendrons plus loin. L’accoudoir est bien positionné et reste confortable. Il dissimule un rangement de quelques litres et une prise 12V.

Coffre

Comme je l’ai précisé précédemment, le coffre cube à 324L VDA (1401L banquette 60/40 rabattue) alors qu’il est de 427L sur l’hybride. Près de 100L de moins, c’est beaucoup et on se retrouve dans la catégorie inférieure type Clio ou Yaris. Néanmoins, elle fait presqu’aussi bien que la Ioniq rechargeable avec 341L qui est pourtant 12cm plus longue. Le chargeur externe (ou CRO) peut loger dans le sous-coffre mais pas avec le sac semi-rigide livré. Un peu prise de tête surtout que le sac possède des velcros et peut donc tenir sur le dos de la banquette par exemple. Le seuil de coffre n’est pas trop haut et le plancher est plat en rabattant une partie ou toute la banquette. Le Toyota C-HR n’y parvient pas par exemple. Sur la gauche, j’aperçois un caisson de basse (signé JBL).

 

 

La grande différence avec la Ioniq ou la Prius est que le Kia Niro Hybride Rechargeable peut tracter une remorque freinée jusque 1300kg et 600kg non freinée. A cela s’ajoute la possibilité de mettre un coffre de toit. Donc finalement, bien moins pénalisant que la Prius ou la Ioniq. La vocation familiale et pratique est donc un point fort de ce Niro.