Intro

Après avoir tenté plusieurs fois de mettre la main sur le Lexus LC500h, j’arrive enfin à caler une date pour le tester. Le coupé Lexus LC500h est sans doute un des plus beaux coupés du moment. Lexus a proposé deux motorisations dont une avec un énorme V8 de 477ch mais aussi le V6 hybride ! Entre look de super car et motorisation de super hybride, quelle est la vraie personnalité de ce Lexus LC500h ?

Lexus LC500h : le design comme arme de séduction

Lexus LC500h

Lexus LC500h

Avec un look aussi racé, une inspiration héritée de la Lexus LFA, une des super cars les plus incroyables de l’histoire automobile, je comprends mieux que quasiment tout le monde lors de cet essai se soit retourné sur cette voiture. Issu du concept car LF-LC, il n’y a eu quasiment aucune modification avec la version de série. Long de 4,76 mètres, au ras du sol avec à peine 1,34m de hauteur, il impressionne par une largeur de 1,92m. Il est impossible de le confondre avec une autre voiture du marché !

 

 

La calandre au sablier entouré de chrome, symbole de toutes les dernières productions Lexus, est sublime avec cette grille motif losange en relief. La couleur blanche de la version essayée lui va plutôt bien mais le bleu profond Lexus (Blue Edition) aurait été sans doute bien plus seyant avec cette silhouette. Taillé par la sportivité et l’aérodynamisme, je ne résiste pas l’envie d’effleurer des doigts les formes incroyables de ce coupé. L’avant est très bas. Je me demande comment les ingénieurs ont pu y loger un V6 hybride et toute la suspension de cette voiture. L’avant est aussi très effilé avec ce phare à trois optiques LED souligné d’un bandeau de jour en forme de boomerang. Les clignotants descendent verticalement et entourent une prise d’air.

 

 

Tout cela donne un relief certain d’autant que le capot prolonge les phares par un pli qui se retrouve jusqu’aux montants. Ces derniers s’affinent et se terminent un peu avant le coffre avec une fluidité réelle. Le toit, en fibres de carbone sur cette Lexus LC500h Sport+, est court et très vite plongeant. La custode arrière sombre accentue cette plongée avec beaucoup d’élégance. Les portières possèdent une forme propre à donner un relief saisissant aux ailes arrière. Les designers ont ajouté une superbe prise d’air en bas de caisse qui donnent une sportivité qui n’est pas sans rappeler le Porsche Spyder. D’ailleurs, les ailes basses et larges me font aussi penser à cette Porsche. Avant de poursuivre plus loin, je reviens sur les jantes monstrueuses de 21″ en aluminium forgé (245/40 R21 l’avant et 275/35 R21 à l’arrière) : elles remplissent indéniablement bien les passages de roues. Ces jantes sont spécifiques à la version hybride.

 

 

Il est temps d’admirer la poupe de cette œuvre japonaise. Le motif triangulaire des feux avant est repris à l’arrière. Le feu arrière tire à la fois l’aile et le parechoc, donnant un relief et une musculature impressionnants à l’ensemble. Le plus spectaculaire est le feu à bandes lumineuses dont la lumière rouge semble répéter à l’infini le même motif, mais subtilement atténué à chaque itération. Quel jeu de lumière incroyable.

 

 

Sur la version Sport+, le coffre possède un aileron rétractable. Très jolie réalisation et parfaite intégration dont Lexus a le secret. Plus je fais le tour de cette voiture et plus je me rends compte que les designers auront donné à chaque détail une cohérence d’ensemble mêlant sophistication et subtilité des formes et des reflets avec un incroyable talent. Il est clair que le Lexus LC500h porte avec brio le nouveau design de la marque.