Le marché européen réclame toujours plus de SUV, mais Lexus ne répondait que partiellement à cette demande avec RX et NX. Le Lexus UX vient donc compléter la gamme sur le segment du SUV compact premium. On y croise du beau monde, nommé X1, Q3, GLA, sans parler des plus récents XC40 et DS7. L’UX pourra-t-il rivaliser ?

Début de réponse en constatant qu’il sera le seul hybride du segment. Mais attention, pas longtemps.
Hybride ou non, deux parcours sur les contreforts de la très huppée ville de Sitges, près de Barcelone, nous ont permis d’apporter quelques éléments de réponse.

Nouvelle plateforme

L’UX (Urban X-over) est la première Lexus qui repose sur la nouvelle plateforme GA-C, très rigide. Avec une hauteur de 1,54 m elle est sensiblement plus basse qu’un X1 mais plus haute qu’un GLA.
Sa ligne allongée se rapproche de celle d’une berline, et c’est assurément un crossover, beaucoup moins un SUV. Lexus prend toutefois la peine de mentionner la garde au sol : 160 mm. De quoi ne pas trop craindre les ralentisseurs, et éviter de frotter les bas de portières sur les trottoirs de la ville.
En revanche on aura du mal à qualifier « d’urbaine » sa longueur déjà conséquente : 4,50 m !

Nouveau moteur

Le groupe propulseur repose sur le nouveau 4 cylindres 2 litres inauguré sur la nouvelle Corolla. Un développement spécifique lui confère toutefois 152 ch à 6000 t/mn, avec un excellent rendement énergétique de 41 %.

Quant à la batterie de traction, située sous la banquette, c’est une Ni-MH de 26 kW (35 ch). La puissance combinée, via la bien connue transmission e-CVT du groupe Toyota, s’élève à 184 ch. Le poids n’est pas plume (1540 kg minimum pour le 2WD), ce qui pénalise l’accélération. On qualifiera celle–ci de suffisante sans être exceptionnelle : 8,5 s sur le 0-100 km/h (chiffre constructeur).
Une version 4WD existe (E-Four) comme sur le NX, avec le train arrière animé par un petit moteur électrique. Nous aurons l’occasion d’y revenir puisque nous avons essayé une 2WD puis une 4WD. Notons en outre que l’UX peut tracter dans la limite de 750 kg.

A gauche le bloc thermique, à droite l’électronique de puissance, qui surmonte la transmission e-CVT.

Enfin, les roues sont d’une taille plutôt raisonnable relativement à la masse et à la puissance de la voiture : 18 pouces de diamètre pour nos deux voitures testées, avec des pneus runflat de 225/50.

Consommations du Lexus UX

Hybridation et efficience du moteur thermique obligent, les consommations et émissions de CO2 combinées sont très contenues. Du moins pour un véhicule essence de ce gabarit et puissance. Comme on aime bien informer sur ces sujets chez Hybrid Life, voici les chiffres selon les deux normes : NEDC corrélé, et WLTP.

2WD4WD
L/100 km NEDC Cor.4.14.4
L/100 km WLTP5.35.8
CO2 g/km NEDC Cor.94101
CO2 g/km WLTP120131

Sans surprise, le passage à la norme WLTP est pénalisant puisque WLTP accorde une plus grande part aux vitesses élevées. Ceux qui utiliseront beaucoup l’UX en ville et à vitesses faibles pourront sans trop de peine consommer moins que WLTP.


Cela se confirme donc : U comme Urbain !