Insonorisation en progrès

Les Toyota n’ont pas été réputées jusque là pour l’insonorisation mais plutôt pour l’agrément hybride, les économies et la durabilité. Désormais cette Corolla inscrit insonorisation dans son cahier des charges.

Tout d’abord, et déjà inauguré sur Prius 4, la montée du régime moteur est limitée en accélération. Le système fait appel encore plus à l’électrique dès le début de l’accélération. Cela fait baisser nettement le bruit dans l’habitacle. Entre le moteur et l’habitacle, les progrès sont importants grâce à une insonorisation renforcée et triplée côté tableau de bord. A plusieurs endroits, les mastics ont été appliqués généreusement. Le plancher a été intégralement garni d’isolant. Pour finir, l’arrière de la TS reçoit une isolation spécifique (type thinsulate rigide) du passage de roue ainsi que blocs de mousse épais. Le passage de roue arrière reçoit aussi un appendice aérodynamique que m’a présenté l’ingénieur en chef Ueda. Selon lui, cela réduit les bruits de roulements en permettant un meilleur écoulement de l’air.

Pour limiter les bruits d’air au niveau du conducteur et du passager avant, le rétroviseur a été redessiné et des petits générateurs de vortex ont été ajouté côté vitrage. Comme sur Prius 4, un vitrage acoustique a été monté à l’avant. J’ai constaté aussi que les joints de portes sont différents et me semblaient de meilleure épaisseur que sur Prius ou C-HR.

Au final, l’isolation phonique est en très nette progrès, les bruits d’air apparaissent vers 110 km/h et le moteur est assez lointain (tant qu’on ne passe pas en mode Sport). Les pneus sont audibles sur routes dégradées (surtout les 18″) mais le reste du temps, c’est très silencieux. Je demande néanmoins à vérifier sur autoroutes et routes de montagnes françaises tous ces progrès mais le « job » est désormais fait. Il y a encore une marge de progression mais il faut rappeler que ce n’est ni une voiture électrique ni une voiture de catégorie premium type Lexus.

Consommations et normes

Je ne porterai pas de jugements définitifs sur la consommation de l’essai qui a été un mix de deux conducteurs à l’aller et moi seul au retour. Compte tenu du temps imparti, j’ai aussi jaugé la tenue de route avec de franches accélérations et décélérations ce qui a fait chuter mon eco-score.

Sur le 2L, nous avons été crédité d’un 5,8 L/100 km pour un parcours varié de 70 km avec une vitesse moyenne de 40 km/h. Excellent score !

Sur le 1,8L, la consommation a été remarquablement basse avec 4,7 L/100 km le premier jour (101 km- 46 km/h de moyenne, deux conducteurs) et le deuxième jour 4,7 L/100 km en 86 km et à la vitesse moyenne de 55 km/h. L’apport de la batterie Lithium-Ion et l’efficience du moteur thermique sont pour beaucoup dans ce bon résultat.

Consommation Toyota Corolla TS 1,8L

Ce sont des chiffres qu’il faudra vérifier sur le long cours, mais pour le 2L 180ch, je ne crois pas qu’un diesel d’une telle performance aurait pu faire mieux (gabarit proche et boîte automatique).

Du côté des normes de pollution, les Corolla sont exemptes de malus, ainsi que de TVS pendant 12 trimestres (pour les sociétés). La valeur résiduelle est en hausse de 4,5% ce qui permet d’envisager une bonne côte en occasion. Avec des émissions de CO2 en NEDC corrélé, le 1,8L est à 76g et le 2L est à 84g de CO2 par km.