Ce qui a changé sur le Toyota RAV4 2019 hybride

Grâce à la plateforme TNGA-K, le nouveau Toyota RAV4 2019 hybride dispose des mêmes atouts que la nouvelle Camry ou la dernière Lexus ES300h. A savoir, une rigidité accrue de 57% (par rapport à la version précédente) et une motorisation hybride 2,5L THS2 Dynamic Force de 218ch (167 kW) en cumulé soit un net gain par rapport à la version 187ch (145 kW) de 2014. Le moteur électrique est de 88 kW avec 202 Nm de couple, le moteur thermique (injection directe et indirecte) fait 176ch (130 kW, 221 Nm de 3200 à 5200 tours/min), la batterie possède une capacité de 1,6 kWh (244,8V et 6,5Ah soit environ 37 kW de puissance de sortie) . Il existe même une version 4 roues motrices appelée AWD-i grâce à la technologie e-Four. Dans cette version, il y a donc un troisième moteur électrique.

2,5L 4 cyl. THS-2 Dynamic Force

J’ajoute que le centre de gravité a été abaissé. Cela a été rendu possible par la disposition plus basse du moteur ou des sièges par exemple. L’allègement de chaque élément a été aussi une priorité. Le poids varie peu d’une génération à l’autre avec 1650 kg (roulant) pour l’entrée de gamme en 2 roues motrices. La version 4 roues motrices monte à 1730 kg pour la version haute (moteur arrière de 40 kW et 121 Nm portant la puissance globale cumulée à 221ch). Cette plateforme est commune à plusieurs véhicules à vocation mondiale. La très grande diffusion sert les intérêts de Toyota certes, mais aussi ceux des clients en permettant de généraliser les meilleures techniques et composants même en entrée de gamme.

2,5L THS2 218ch

Ce qui a changé surtout, c’est qu’il n’y aura rien d’autre qu’une version hybride pour ce RAV4 en France. Il faut dire que la génération précédente était vendue à 90% en hybride (au plus grand bénéfice de nos poumons). Le choix de rationaliser le catalogue de moteurs était donc plutôt aisé même si presque toute la concurrence présente un modèle diesel étendard dans ce format de SUV (Kia Sportage CRDi, VW Tiguan TDI …) hormis Honda avec le CR-V Hybride ou le Mitsubishi Outlander PHEV. Peu en revanche, présentent une telle puissance et une telle sobriété sur le papier. Avec moins de 105g de CO2 et une consommation de 4,6L/100km mixte (en NEDC-Corrélé), il est le plus sobre de la catégorie non rechargeable et évite le malus. A ma grande surprise, la version AWD-i est plus sobre encore de 0,3L alors qu’elle est pourtant plus lourde et très légèrement plus puissante. Il faudra vérifier cela prochainement sur le terrain.