Au terme d’une expérimentation menée par l’Université de Rome, la nouvelle Toyota Prius 4 fonctionne en mode 100% électrique 73,2 % du temps de trajet et 62,5 % de la distance. Un résultat remarquable pour un véhicule qui n’a pas besoin d’être branché pour recharger. Cette performance illustre une fois de plus, le savoir faire du constructeur japonais en matière de motorisation hybride essence électrique.

toyota-prius-4-mode-electrique-experimentation-rome

Un parcours de 37 km par jour en traversant Rome

Cette étude commanditée par Toyota Motor Italia a fait appel à vingt conducteurs, à parité égale hommes/femmes, moins de 35 ans/plus de 35 ans et avec/sans expérience de la conduite hybride. Chaque participant a suivi le même itinéraire de 37 km aller/retour en traversant Rome, à trois moments différents de la journée (matin, après-midi, soirée), au volant d’une Prius 4 de série équipée de roues de 17 pouces, climatisation coupée, mode Eco était activé et limitations de vitesse respectées en permanence.

toyota-prius-4-en-ville

Selon les données recueillies sur plus de 2 200 km de trajets types à Rome, les Prius 4 ont roulé en moyenne 73,2 % du temps et 62,5 % de la distance en mode 100% électrique (donc zéro émission). Ces chiffres englobent le temps passé à l’arrêt, avec coupure automatique du moteur.

En ville où les questions de pollution sont plus importantes : la Prius 4 y réalise 79,4 % du temps de parcours et 76,3 % de la distance en mode électrique.

Prius 4 mode électrique : Comment peut-on rouler en mode électrique sans se recharger?

Introduit dès 1997 au Japon avec la Prius 1ère génération que nous avons testée à Genève, Toyota avait repensé l’automobile du futur avec cette technologie hybride essence-électrique.
L’idée étant de transformer le surplus de l’énergie du moteur thermique et l’énergie dégagée au freinage, en énergie électrique stockée dans une batterie ; puis les réutiliser en phase de croisière ou basse vitesse, pour diminuer la sollicitation du moteur thermique.

Et ça marche.  Avec cette étude menée en Italie à bord de la dernière génération de Prius, au total, près de 45 % de la puissance motrice du véhicule provenait du moteur électrique, en partie issue de la récupération d’énergie au freinage (34,3 % de l’énergie total).

Cela permet à ces «voitures essences» de consommer autant voir moins qu’un véhicule diesel, tout en réduisant drastiquement les émissions CO2 et des gaz toxiques comme NOx.
(voir notre dossier : Toyota Prius 4 : quelles émissions NOx face aux diesels? )

Les récents scandales comme Volkswagen Dieselgate ou l’enquête Royal sur Renault montrent d’ailleurs les limites des moteurs diesel en matière du compromis coût/consommation/fiabilité/pollution.

Bien qu’un certain constructeur français ait trouvé l’idée d’implémenter 3 moteurs (1 essence + 2 électriques) dans une voiture beaucoup trop chère et considère le diesel comme LA solution (récit tiré d’une commission parlementaire), Toyota a démontré sa capacité à démocratiser la motorisation hybride sur des citadines comme Yaris. 4 ans plus tard, Renault annonce la fin des moteurs diesel sur les citadines en raison du surcoût : ça tire donc un trait sur ce débat.

toyota-gamme-hybride-2016

Aujourd’hui Toyota propose une gamme complète en hybride : de citadine (Yaris) au SUV (RAV4)

Par ailleurs, en France, au cours des Essais Alternatifs proposés dans le réseau aux clients Toyota, la conduite des différents modèles hybrides (Yaris, Auris et RAV4) et sur des parcours variés montrent que plus de 50 % des temps de trajets sont effectués en mode électrique.

Source : Toyota

[Total: 5 Moyenne: 5]