Au salon automobile de Tokyo 2017, le vice président de Toyota, Didier Leroy, a confirmé qu’une première application de batterie solide aura lieu d’ici 2025. Ce sera une technologie de batterie « Next Generation » qui équipera les voitures électriques (EV) et les voitures hybrides rechargeables (PHV), de quoi ringardiser la technologie de batterie Lithium actuelle…

Le constructeur japonais affirme que cette technologie de batterie à électrolyte solide, apporterait plus de sécurité, doublerait la capacité, et diminuerait drastiquement le temps de charge, vis à vis de la technologie de batterie Lithium ion (à électrolyte liquide) actuelle.

Selon Didier Leroy :

Toyota est actuellement le leader mondial en terme de nombre de brevets sur l’application de batterie à l’état solide, et nous sommes en train d’accélérer le développement avec plus de 200 ingénieurs travaillant sur ce projet.

Cette nouvelle technologie, que Toyota travaille activement sur la production en masse, a changé radicalement la vision de Toyota dans la mobilité du futur :

Il n’y a aucun doute sur le fait que la voiture électrique constitue une solution importante pour le futur proche.

Jusqu’ici, la direction de Toyota ne considère pas la voiture électrique comme une solution viable pour remplacer les véhicules thermiques : le temps de recharge trop long était considéré comme un frein à la démocratisation du véhicule électrique. Au contre courant de ses concurrents, Toyota avait investi une somme astronomique sur le développement de la voiture pile à combustible hydrogène, dont une est produite en série sous le nom de Mirai ; la voiture électrique était considérée comme une solution de mobilité purement urbaine.

Toyota i-Road (gauche) et Toyota Mirai (droite) incarnaient jusqu’ici la vision de mobilité propre du constructeur

La percée scientifique en matière de batterie solide a donc changé totalement la donne, Toyota vise désormais une stratégie dite « tout horizon » et déploiera soit la voiture électrique soit la voiture hydrogène en fonction du besoin et de l’infrastructure du marché local.

En effet, après plus de 30 ans de recherche, les japonais semblent voir le bout du tunnel avec cette technologie de batterie solide (ou Lithium métal), grâce à la découverte de la matière Li10GeP2S12 la en 2011 par le professeur Sugano, un Lithium métal capable de rivaliser avec le liquide lithium ion.

Le liquide électrolyte des batteries Lithium ion actuelles est une matière inflammable

Dans un article sur Huffington Post, les chercheurs affirment que désormais leur prototype atteint la même durabilité que les batteries Lithium ion actuelles (1000 cycles de charge/décharge), et de pouvoir doubler la capacité de décharge/charge. Le temps de recharge serait réduit à quelques minutes…(reste à savoir comment l’infrastructure suivra derrière?)

Comparatif des différents technologies de batterie

Pour le moment, la difficulté serait de comprendre le mécanisme de conduction de cette matière Lithium métal (ils ne comprennent pas pourquoi un ajout faible de chlore a pu améliorer autant la conductivité) pour mieux l’optimiser, et d’autre part, trouver une matière compatible avec le lithium métal, pour améliorer la stabilité de l’électrode dans le cadre d’une production de masse.

Source : Nikkei

[Total: 19 Moyenne: 3.5]